• Accueil > 
  • Babillard > 
  • Portraits BD :: Voyage au coeur de l’enfance, portrait BD de Julie Bourgon

Voyage au coeur de l’enfance, portrait BD de Julie Bourgon

Portraits BD  >  1 novembre 2014

Nouvellement membre du comité organisateur, Julie Bourgon joint l’équipe du Festival BD de Montréal en 2014 où elle s’occupe principalement de l’animation des réseaux sociaux. Son expérience à Radio-Canada, dans une agence d’acteurs et pour une salle de spectacles, apporte aussi un précieux soutien aux communications du festival.

Quelle est la dernière BD que tu as lue ?

Les livres sont, quant à moi, des souvenirs de voyage par excellence et, avec Meanwhile in San Francisco – The city in it’s own words, je n’aurais pas pu mieux tomber. Dans cet ouvrage, l’illustratrice Wendy MacNaughton s’est demandé : et si San Francisco pouvait parler, que dirait-elle?  Il en résulte des observations qui font voir « The City by the Bay » de l’intérieur, et qui me rappellent inévitablement les nombreux personnages rencontrés lors de ce voyage.

À quel héro de BD t’identifies-tu le plus?

Comme il est libérateur de s’indigner avec Calvin et Hobbes, ces deux personnages créés par l’auteur et illustrateur Bill Watterson. Les questionnements de cet inséparable duo (un petit garçon et son tigre imaginaire) me retournent automatique à mon enfance tout en s’adressant à l’adulte que je suis devenue. Leur fraternité m’apparaît aussi émouvante qu’une promesse d’être ami pour la vie tenue.

Quelle BD t’a littéralement donné la piqûre? Pourquoi?

L’île-aux-ours, de Pierre Bouchard, est l’une des premières BD que je me suis procurée. Comme une enfant, j’ai d’abord été interpellé par le dessin d’ours sur la couverture aux couleurs vives. Et c’est encore ce qui me plait avant tout chez cet auteur, outre ses oiseaux : la brutalité de son trait, comme un enfant qui pèse trop fort sur son crayon.

À quel auteur de BD t’identifies-tu le plus?

La sensibilité de Catherine Lepage me touche énormément. C’est avec Journal d’une dépression, 12 mois sans intérêt que j’ai découvert cette auteure. Elle y décrit avec justesse, courage et poésie le sentiment vaste ressenti par une personne souffrant de dépression. Bouleversant de vulnérabilité. Et d’une fragile beauté.

Quelle BD t’a fait vivre de grandes émotions? Pourquoi?

Outre les livres de Catherine Lepage, je dirais Manteau de neige (version française de Blankets), de Craig Thompson. J’ai fait l’achat de cette brique à Paris et je l’ai lu d’un trait pendant le vol du retour. Je me rappelle l’avoir ouvert dans un espèce de sentiment d’oppression puis refermé sept heures plus tard habitée d’un grand sentiment de liberté.