• Accueil > 
  • Babillard > 
  • Portraits BD :: Un vent de jeunesse, portrait BD d’Émile Dupré

Un vent de jeunesse, portrait BD d’Émile Dupré

Portraits BD  >  1 octobre 2014

Émile Dupré partage sa passion pour la BD dès qu’il en a l’occasion. Il allait donc de soit pour lui de s’investir dans le comité organisateur du Festival BD de Montréal dès sa première édition, où il contribue depuis sur différents mandats liés aux exposants. Il est actuellement libraire chez Planète BD et poursuit des études en littérature à l’UQAM.

Quelle BD conseillerais-tu à un enfant? Pourquoi?

L’Agent Jean, d’Alex A., est rempli d’humour absurde et de références geek cachées un peu partout : un pur plaisir, même pour les grands enfants!

Quelle est la BD incontournable que tu conseilles à tout le monde? Pourquoi?

Je conseillerais sans hésitation la série Scott Pilgrim, écrite et dessinée par Bryan Lee O’Malley, parce c’est comme la vie quotidienne, mais avec du Dragonball dedans! C’est aussi le héro de BD auquel je m’identifie le plus, mais pas nécessairement à cause de Dragonball…

Quelle BD t’a fait vivre de grandes émotions? Pourquoi?

Essex County, de Jeff Lemire, est une BD très canadienne ayant comme thème l’influence du hockey sur la vie d’une famille ordinaire. J’ai été très touché par cette lecture et je n’aime même pas le hockey, c’est pour dire!

Quel est ton auteur préféré de tous les temps? Pourquoi?

J’ai lu à de nombreuses reprises Approximativement, de Lewis Trondheim. Aussi doué comme dessinateur que comme scénariste, c’est l’un des seuls auteurs que je connaisse qui s’est essayé à des genres aussi différents et variés, que ce soit policier, fantastique, science-fiction ou western, en réussissant toujours à se renouveler.

Quelle BD conseillerais-tu à quelqu’un pour l’introduire dans cet univers? Pourquoi?

Tout le monde peut se reconnaître dans Ghost World, où l’auteur Daniel Clowes dresse un portrait juste et touchant sur la fin de l’adolescence et sur le désir d’être toujours marginal…