Le mot de François

Nouvelles  >  14 mars 2017

Six merveilleuses années que nous préparons avec entrain un festival pour les amoureux du neuvième art. 
Il y a six ans, nous nous étions posés des défis : nous souhaitions créer un
festival durable et offrant une place de choix à la bande dessinée.

Exit  les vieux clichés, non la BD n’est pas une thématique ou une sous-culture. La bande dessinée c’est avant tout un art qui interroge, revendique et qui peut représenter une multitude d’histoires venant d’ici et d’ailleurs. 

Aujourd’hui, la bande dessinée fait partie de la culture montréalaise et ce dynamisme se traduit par une augmentation du nombre de librairies spécialisées, par sa présence toujours plus forte au sein des écoles et par l’existence d’un réseau de bibliothèque soucieux de publiciser le neuvième art par la multiplication d’initiatives pro-BD, comme « le Mois de la BD ».

En célébrant nos cinq ans et en accueillant plus de dix mille visiteurs, nous sommes fiers de pouvoir dire que le Festival a atteint son premier objectif : obtenir la reconnaissance que la bande dessinée mérite. Cela passe par votre présence, mais aussi par notre nomination au 32e Grand Prix du Conseil des arts de Montréal. Nous en sommes vraiment heureux et nous tenons à remercier chaque membre du conseil, chaque partenaire, chaque bénévole. Vous nous avez permis de nous améliorer et d’offrir une expérience incomparable à nos visiteurs et exposants. Désormais, le Festival compte  parmi les festivals qui ont su, d’Angoulême à Alger en passant par Bruxelles, conquérir les cœurs ».

Pour 2017, nous ne nous reposerons pas sur nos lauriers et nous continuerons de vouloir inscrire le Festival dans l’histoire culturelle de la ville de Montréal. Tout d’abord, en perpétuant nos partenariats, mais aussi en revenant aux sources de ce qu’est le Festival : une fête familiale qui se déroule en plein air au parc La Fontaine. Le respect de l’environnement et l’éveil à l’écologie pour les 3-7 ans feront donc partie de nos préoccupations lors de l’organisation de cette célébration. Nous souhaitons également promouvoir davantage le bilinguisme du Festival et rappeler à nos amis anglophones qu’ils sont les bienvenus ».

Pour rejoindre tous ceux qui s’intéressent de près ou de loin à la bande dessinéenotez que nous intensifierons notre présence sur nos différents réseaux, Facebook, Twitter ou encore Instagram. Ces plateformes vous aideront à rester en contact avec nous. Chaque mois une infolettre comprenant une sélection de lectures ainsi que des informations sur notre programmation ou et les concours, sera envoyée. N’hésitez pas à vous inscrire ! 

François Mayeux, président du FBDM