• Accueil > 
  • Babillard > 
  • Portraits BD :: La découverte d’un nouveau monde, portrait BD de Cécilia Boissy

La découverte d’un nouveau monde, portrait BD de Cécilia Boissy

Portraits BD  >  1 décembre 2014

Originaire de Cliousclat, un petit village du Sud-Est de la France, Cécilia Boissy grandi avec Mickey, Picsou, Pif Gadget et Spirou. Elle s’installe au Québec en 2001 et travaille pour CRI agence depuis 2007. Elle joint le Festival BD de Montréal dès sa première édition, en 2012, et, avec son expertise, elle était toute désignée pour devenir responsable de l’image graphique du Festival (affiche, dépliant, logo, site web, etc).

Quelle BD t’a littéralement donné la piqûre? Pourquoi?

Avec Jean-Claude Mézières (Valérian, agent spatio-temporel) et Régis Loisel (La Quête de l’oiseau du temps et Peter Pan), j’ai découvert d’autres mondes, d’autres époques : j’ai découvert le fabuleux univers de la BD.

Quelle BD t’a fait vivre de grandes émotions? Pourquoi?

La première édition de Le Grand pouvoir du Chninkel, de Grzegorz Rosinski (dessin) et Jean Van Hamme (scénario), a été ma première BD en noir et blanc. J’étais au départ quelque peu réticente, mais, au final, cette quête de l’absolu et remise en question de l’humanité m’ont fait oublier le noir et blanc à un point tel que je doute aujourd’hui que la nouvelle version colorisée me procure le même effet que l’original !

Quelle BD conseillerais-tu à quelqu’un pour l’introduire dans cet univers? Pourquoi?

Ayant découvert Michel Rabagliati en arrivant à Montréal, Paul dans le métro me semble l’album idéal pour faire découvrir à mes proches l’histoire contemporaine du Québec : accessible, simple, touchant et amusant, ce roman graphique dépasse la barrière des lieux communs et ce, dans un langage bien d’ici.

Quelle BD t’a le plus étonnée? Pourquoi?

Sans aucun doute L’Abominable Charles Christopher, de Karl Kerschel, pour la présentation en parallèle des deux mondes (l’imaginaire et la réalité), les illustrations et les textes. Et quelle surprise de découvrir en tournant la dernière page qu’il s’agissait en fait d’une BD proposée à l’origine sur le net! Comme quoi, finalement, le papier et le numérique peuvent être deux mondes complémentaires.

Quelle est ta dernière découverte?

Dernièrement, j’ai découvert l’auteur Kim Dong-Hwa et ses quatre albums de La bicyclette rouge. L’histoire relate la vie en quatre saisons de la population vieillissante d’un village perdu de Corée, qui met tous ses espoirs dans le jeune facteur qui se déplace sur sa bicyclette rouge. C’est un pur chef d’oeuvre qui aborde les relations humaines, la vie et le temps qui passent avec candeur, douceur et poésie.