• Accueil > 
  • Babillard > 
  • Portraits BD :: En bon père de famille, portrait BD de Pierre-Alain Rodrigue

En bon père de famille, portrait BD de Pierre-Alain Rodrigue

Portraits BD  >  1 mars 2015

Pierre-Alain Rodrigue travaille depuis de nombreuses années au financement d’entreprises. Actuellement dans le domaine de l’agro-alimentaire pour la BDC, il s’est aussi engagé auprès de plusieurs OSBL (gymnastique, Jeux du Québec, Société Canadienne du Cancer, recherche scientifique, etc). Impliqué dans le Festival BD de Montréal depuis sa création, il y assume le rôle de trésorier au sein du C.A..

Quel est ton auteur préféré de tous les temps? Pourquoi?

Il existe tellement de styles et de genres différents qu’il m’est douloureux de devoir choisir un seul auteur, d’autant plus que les scénaristes et les dessinateurs se complètent souvent et que nos cultures nous posent aussi des filtres. Je choisirai donc comme un québécois-francophone-baby boomer qui a connu quatre vagues de BD dans sa vie, soit : mon enfance avec les albums de Martin le Malin, Tintin, Astérix et Lucky Luke, ma vingtaine avec les BD d’Achille Talon, Philémon, Gaston Lagaffe et Rubriqu-à-Brac, ma quarantaine avec les auteurs Hermann, Van Hamme, Jodorowsky, Moebius et Bilal, puis, enfin, ma cinquantaine avec la pléiade de nouveaux auteurs québécois et européens. C’est d’ailleurs dans cette dernière vague que mon choix s’arrête avec Guy Delisle et sa lecture du monde moderne à la fois juste et humoristique, que l’on pense aux titres Jérusalem, Comment ne rien faire, ou encore Le guide du mauvais père.

Quelle BD t’a littéralement donné la piqûre? Pourquoi?

Toujours selon les quatre vagues que j’ai connues, j’irais avec Tintin au Tibet, de Hergé. À dix ans, bien que j’éprouvais de la difficulté à saisir les flashbacks, je partageais la souffrance du personnage de Chang alors que je ne connaissais rien de la montagne.

Quelle BD t’a fait vivre de grandes émotions? Pourquoi?

L’extraordinaire histoire de L’art de voler, d’Antonio Altarriba, m’a beaucoup émue. Elle raconte les extrêmes du 20e siècle qu’a connu un père espagnol et la façon dont sa vie s’est terminée, c’est-à-dire en parfaite cohésion avec ce qu’il a vécu.

Quelle BD conseillerais-tu à un enfant? Pourquoi?

Les personnages de la bd Tib et Tatoum, de Bannister et Grimaldi, sont complètement adorables!

Quel style de BD préfères-tu? Quel auteur représente bien ce style à ton avis? Pourquoi?

J’apprécie particulièrement la BD où la vie des gens simples est mise en exergue. Dans ce style, Rabaté y est excellent, notamment dans le livre Les petits ruisseaux.