• Accueil > 
  • Babillard > 
  • Portraits BD :: Chemin de campagne, portrait BD de Linda Furstenberger

Chemin de campagne, portrait BD de Linda Furstenberger

Portraits BD  >  1 janvier 2015

Toute jeune, Linda Furstenberger monopolise les BD de la bibliothèque municipale de Haguenau, petite ville d’Alsace, en France, d’où elle est originaire. Adulte, elle se spécialise en programmation web et travaille chez Cri agence depuis 2010, année où elle s’installe au Québec. La programmation du site Internet du Festival BD de Montréal lui permet, depuis 2013, d’unir son expertise et sa passion pour la bd.

Quelle BD as-tu lue et relue et relue et relue?

Petite, alors que j’habitais en France, j’ai lu à maintes reprises la série Léonard, de Turk (dessin) et Bob de Groot (scénario).

Quelle est la prochaine BD que tu es trop impatiente de lire?

La série Magasin Général, des auteurs Régis Loisel et Jean-Louis Tripp, avait piqué ma curiosité bien avant que je ne m’installe au Québec. Je m’imaginais la vie que pouvaient avoir les habitants d’un petit village québécois isolé dans les années 20. J’ai très hâte de lire le tome 9!

Quelle est la BD incontournable que tu conseilles à tout le monde? Pourquoi?

Je conseille vivement Le Retour à la terre, une histoire fortement inspirée de la vie de Manu Larcenet (dessin) et racontée par Jean-Yves Ferri (scénario), où un couple de parisiens (Manu et Mariette) décide de déménager à la campagne. Comme l’explique Mariette : « C’est simple! C’est Manu vu par Ferri mais dessiné par Manu sauf que quand le Manu de l’album dessine, Manu change de style pour pas qu’on voit qu’il dessine comme lui… ».

Quelle BD conseillerais-tu à quelqu’un pour l’introduire dans cet univers? Pourquoi?

Le roman graphique me semble toujours un excellent moyen pour initier un adepte de roman à la BD. Plusieurs personnes à qui j’ai conseillé Les chroniques de Jérusalem, de l’auteur québécois Guy Delisle, sont aujourd’hui converties à la BD!

Quelle BD te permet de mieux connaître le Québec?

Inévitablement, la série Paul, de Michel Rabagliatti, m’a permis de découvrir le Québec sous un autre angle. Lorsqu’on y habite, c’est parfois perturbant de reconnaître des endroits dessinés par l’auteur, mais aussi rassurant de s’y sentir chez soi.